LFI fait le tri

Après plusieurs défections et exclusions, les insoumis dévoilent leurs candidats lors d’une convention nationale le 8 décembre.

Dans le jargon des classes préparatoires scientifiques, il existe, en deuxième année, des classes nommées « étoiles », composées seulement des meilleurs éléments.

Cette dénomination fait référence au fait qu’en mathématiques un ensemble « * » ne contient pas le 0, soit l’élément nul. En évinçant certains des candidats pour les élections européennes, La France insoumise (LFI) s’est dotée d’une liste « étoile », privée ici des agitateurs et autres voix dissonantes. Si les personnalités placées en position éligible ne seront dévoilées que le 8 décembre à Bordeaux, à l’occasion de la convention nationale du mouvement, plusieurs manqueront à l’appel. Dernièrement, c’était Djordje Kuzmanovic, proche de Jean-Luc Mélenchon, en disgrâce depuis ses prises de position sur l’immigration – et qui a depuis quitté le mouvement – et François Cocq, enseignant et essayiste, défenseur d’une ligne de « rassemblement populaire ». Avant eux, le socialiste insoumis Liêm Hoang-Ngoc et l’écologiste Corinne Morel Darleux, jusqu’à très récemment membre de la direction du Parti de gauche. Si le comité électoral de LFI a invoqué diverses raisons pour n’avoir pas retenu ces candidatures – difficile, en effet, de faire une généralité sur ces cas précis –, le message est clair : dans la perspective des européennes de mai 2019, aucune tête ne doit dépasser. « Constituer une liste pour des élections européennes a toujours été compliqué », soupire Éric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis. L’ordination de ces listes relève, pour tous les partis, du casse-tête. En témoignent les difficultés rencontrées par le Parti socialiste ou le Parti communiste.

À la France insoumise pourtant, on comptait sur une issue plus heureuse. La création d’un comité électoral composé de 14 représentants des différents espaces de LFI (programme, lutte, équipe opérationnelle, politique) et 18 personnes tirées au sort parmi les membres apporterait, espérait-on, une légitimité à ces décisions. Las, l’opacité entourant ce groupe a eu raison de sa bonne volonté. Dans la perspective des européennes, il faut parler d’une même voix, plaide Manuel Bompard, tout à la fois directeur des campagnes de LFI, candidat pour ces mêmes élections et membre du comité électoral, pour justifier ces exclusions. « Les candidats ne peuvent perdre leur temps à répondre sur ce qu’a dit tel ou tel autre candidat, explique-t-il. Il faut que nous soyons tous sur la même ligne. »

Mais quelle est-elle, la ligne 2018 de LFI sur l’Europe ? Le premier document de travail qui avait été diffusé était marqué par le dégagisme. Sur le site web du mouvement, on en trouve encore trace. Publié le 12 avril 2018, il appelle à dégager, pêle-mêle, « la caste en Europe », « la finance », « les lobbys », « les fauteurs de guerre » et « les réactionnaires ». Neuf mois plus tard, le discours s’est apaisé, le texte, affiné. Enrichi par près de 600 contributions, le programme européen a été soumis au vote des militants du 28 novembre au 3 décembre (les résultats seront, eux aussi, diffusés le 8 décembre à Bordeaux). Et si la ligne qu’il dessine mérite d’être encore détaillée, les idées fondatrices du mouvement y figurent en bonne place. À commencer par les plans A et B, expliqués en introduction : « Le plan A implique la renégociation collective des traités [...]. Le plan B est notre arme indispensable dans le rapport de force. Au-delà des batailles immédiates, nos eurodéputés seront donc des éclaireurs pour cette stratégie », peut-on lire. Fermez le ban. La référence se limite à ces quelques lignes.

Il reste 44% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents