Mudhoney : Haute tension

Mudhoney signe un album électrique et dense, en prise avec une ardente actualité.

Toujours en activité trente ans après sa formation, avec trois des quatre membres fondateurs encore présents, Mudhoney fait un peu figure de vétéran de la scène grunge de Seattle. Le groupe n’en est pourtant pas le représentant le plus symbolique, aussi garage que grunge et affichant plus que ses congénères une filiation profonde avec l’histoire du rock et notamment des années 1960 (voir ici cet orgue asthmatique façon Question Mark and The Mysterians dans « Kill Yourself Live »). Avouons que nous l’aimons particulièrement pour cela.

Digital Garbage est édité par SubPop, label d’origine du groupe qu’il a quitté un temps pour une major avant d’y revenir en 2000. Retour à la maison et à un positionnement plus conforme à l’éthique d’un groupe dont le chanteur, Mark Arm, explique avoir récemment pris un emploi dans un entrepôt de son label afin de faire du groupe un hobby en dehors de toute considération commerciale.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents