« Comme elle vient » : Un psy dans le fauteuil

Avec Comme elle vient, Swen de Pauw laisse libre cours à la parole de Georges Federmann.

Jean-Claude Renard  • 8 janvier 2019 abonné·es
« Comme elle vient » : Un psy dans le fauteuil
© photo : Projectile

Face caméra, le réalisateur lui propose de se présenter. Cadré de près, Georges Federmann s’exécute. « Je suis né au Maroc, il y a soixante-deux ans maintenant. » Après avoir vécu dans le Sud de la France, à 17 ans il vient à Strasbourg pour jouer au basket. Il passe professionnel avant de faire médecine. Comme il n’a guère envie de travailler, il choisit les plus longues études, pour être psychiatre, « du moins, je crois », spécialisé dans l’accueil des marginaux, la « psychiatrie des pauvres et des étrangers

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 2 minutes