Guatemala : De la corruption ? où ça ?

Victimes de leur efficacité, des enquêteurs de l’ONU ont été chassés sur ordre du président Jimmy Morales, fortement soupçonné de malversations, à cinq mois d’élections générales.

Patrick Piro  • 16 janvier 2019 abonné·es
Guatemala : De la corruption ? où ça ?
© photo : Les juges anticorruption Iván Velásquez et Thelma Aldana ont reçu le« prix Nobel alternatif », le 23 novembre 2018.crédit : Meli PETERSSON ELLAFI/TT NEWS AGENCY/AFP

Les spacieux bâtiments et leur jardin sont devenus une petite forteresse dressée dans un quartier un peu éloigné du centre de Guatemala Ciudad. La hauteur du mur d’enceinte d’origine, trois mètres, a été doublée par une palissade métallique. L’entrée est gardée par des militaires en armes. Dans la salle d’attente des visiteurs, un panonceau déroule une longue liste d’objets qu’il est interdit d’introduire : téléphone portable, ordinateur, matériel audiovisuel, appareil photo, disque dur, etc. Ici travaille, recluse, la très sensible Commission internationale contre la corruption et l’impunité au Guatemala (Cicig), sous l’égide des Nations unies.

Ou plutôt, travaillait : le 7 janvier, le président Jimmy Morales a décidé de mettre fin à sa mission, accusant la commission d’outrepasser son mandat en intervenant contre la « souveraineté » nationale. Ses inspecteurs ont précipitamment quitté le pays. Ils s’étaient déjà vu retirer leur immunité diplomatique en décembre, avant-dernier acte d’une hostilité dont la scénarisation s’est enclenchée en août dernier : Morales a interdit au magistrat colombien Iván Velásquez, président de la Cicig, de rentrer au Guatemala à la suite d’un déplacement hors du pays.

La crise couvait depuis 2016, quand la mission onusienne a commencé à s’intéresser au frère et au fils du Président, soupçonnés de fraude fiscale et de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro