Dossier : Démocratie : À la recherche du citoyen

« Les gilets jaunes expriment un nouveau type de citoyenneté »

Le politiste Philippe Marlière voit le mouvement comme la révolte d’un « prolétariat ubérisé », ambivalent sur la démocratie, l’impôt et l’État.

Engagé à gauche, passé par plusieurs organisations de la gauche de la gauche, Philippe Marlière (1) analyse les transformations et les exigences nouvelles de citoyenneté portées par le mouvement des gilets jaunes. Et les difficultés où se trouvent les partis de gauche pour les suivre.

En rediscutant les fondamentaux de la citoyenneté, les gilets jaunes sont-ils en passe de devenir des citoyens d’un nouveau type ?

Philippe Marlière : Dans une certaine mesure, on assiste avec ce mouvement à la naissance d’un nouveau genre de citoyenneté. Comme certains l’ont souligné avant moi, il s’agit de la première rébellion de masse, à l’échelle d’un pays, d’une société ubérisée. La sociologie des participants à ce mouvement montre qu’il s’agit surtout de classes moyennes et de prolétaires, qui vivent plutôt à la campagne ou dans les petites villes – on peut donc parler d’un prolétariat ubérisé. Il y a eu tellement de reculs en termes de citoyenneté sociale et politique ces dernières décennies, et les gilets jaunes expriment un tel rejet radical de la démocratie représentative, que l’on se retrouve un peu avec les compteurs à zéro, avec une citoyenneté si appauvrie que tout est à reconstruire, à refaire.

Une citoyenneté est en train, dans l’action ou dans la praxis, de se mettre en forme. C’est comme si l’on se retrouvait au milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire au temps des révolutions (1830, 1848-1851 ou la Commune).

Cette société ubérisée traduit avant tout la défaite de l’État social, ou social-démocrate, qui scellait un compromis entre le capital et les droits socio-économiques et politiques des travailleurs. Mais, si l’on est à un moment de retour à zéro, comme aux XIXe et XXe siècles (jusqu’aux années 1970), la différence est que ceux-ci ont été des moments de conquêtes sociales et politiques. Ce sera bien plus compliqué de nos jours.

Diriez-vous que l’exigence démocratique des gilets jaunes, avec des revendications comme le référendum d’initiative citoyenne par exemple, s’oppose à la vieille démocratie représentative ?

Sans aucun doute. La démocratie représentative est un compromis entre le peuple souverain, qui délègue sa souveraineté pour un temps limité, et des représentants élus. Or c’est l’une des revendications fortes des gilets jaunes que de ne pas vouloir de chefs, de représentants, ni de tribuns. Ce qui d’ailleurs accentue encore le désarroi de notre bonne vieille gauche dans toutes ses composantes, y compris celle qui se croit moderne et adaptée aux temps nouveaux – je pense ici évidemment à La France insoumise ! Tous sont rejetés, y compris Mélenchon, et le « dégagisme » s’applique à tous et à toutes les organisations. Cela explique aussi pourquoi les gauches ne cessent de courir derrière ce mouvement depuis trois mois et demi.

Il reste 46% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents