Un monde à la Daniel Blake

Les contrôles plus sévères obligeront les chômeurs à accepter des emplois de faible qualité.

Alors que les négociations de la nouvelle convention d’assurance chômage avaient été suspendues, elles ont repris avec une réunion le 9 janvier. Les partenaires sociaux devront rendre leur copie à la fin du mois. La lettre de cadrage envoyée par le gouvernement en septembre dernier leur demande un plan d’économies de plus d’un milliard d’euros par an. Nous ne pouvons savoir à l’heure actuelle comment aboutira cette négociation ; cependant, le décret sur le contrôle des chômeurs paru le 30 décembre donne le ton.

En alourdissant les sanctions et en redéfinissant l’offre valable d’emploi que peut (doit) accepter le chômeur, le gouvernement choisit d’aller vers un modèle anglo-saxon coercitif. L’objectif est d’inciter les individus à reprendre un emploi quelle que soit sa qualité – même s’il est moins rémunéré, en contrat court ou à temps partiel. Ces mesures, qui se sont développées partout en Europe de manière plus ou moins contraignante, s’appuient sur l’idée que les chômeurs, en contrepartie de droits – un accompagnement et une allocation, lorsqu’ils y ont droit (1) –, ont des devoirs.

Il reste 64% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents