À Toulouse, les gilets jaunes convoquent le printemps

La mobilisation ne faiblit pas dans la capitale gasconne. L’acte 15, comme les précédents, était marqué par une grande détermination et une défiance croissante vis-à-vis de la police.

Caressées par la lumière d’un printemps avant l’heure, les briques en terre cuite de Toulouse évoquent un vieil air de variété française. « Une fleur de corail que le soleil arrose, c’est peut-être pour ça, malgré ton rouge et noir, c’est peut-être pour ça qu’on te dit Ville rose, je revois ton pavé, ô ma cité gasconne », chantait en 1967 l’enfant du pays Claude Nougaro. Mais, à arpenter le centre-ville, il semble que la capitale occitane ait ajouté une nouvelle couleur à sa palette. Ce samedi 23 février,…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents