« Bérénice » : Racine droit au cœur

Avec son cycle Les Insoumises, Isabelle Lafon offrait en partage des œuvres féminines mises à mal par l’histoire. Elle aborde aujourd’hui _Bérénice_ avec la même liberté et la même délicatesse.

Anaïs Heluin  • 5 février 2019 abonné·es
« Bérénice » : Racine droit au cœur
© crédit photo : Pascal Victor / ArtcomPress

Dans le silence des quatre comédiens assis autour d’une table, presque à portée de souffle du public, on sent une urgence. On devine le besoin de parole doublé d’une certaine inquiétude présent dans tous les spectacles d’Isabelle Lafon depuis Igishanga (2002), où elle dit seule les témoignages de deux rescapées du génocide

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes