« Dans la terrible jungle » : Rock thérapie

Avec des ados déficients visuels, Caroline Capelle et Ombline Ley réalisent un film plein de vie.

À la fin de Dans la terrible jungle, une des adolescentes du film demande à refaire une prise. Puis on la voit émerger d’un champ de blé mûr, téléphone à la main, disant à son interlocutrice, sa mère, qu’elle ne veut plus être chanteuse mais coiffeuse. Cette séquence montre sans ambiguïté que ce documentaire a été élaboré avec ceux qui sont devant la caméra, mais aussi qu’il a été en partie mis en scène, voire qu’il comporte une dimension ­fictionnelle. Caroline Capelle et Ombline Ley ont tourné dans un…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents