« J’ai pris mon père sur mes épaules » : esprit d’épique

Dans un drame moderne inspiré de L’Énéide, Fabrice Melquiot raconte la préparation d’un voyage dans la banlieue stéphanoise.

Fabrice Melquiot, l’un des auteurs les plus inspirés d’aujourd’hui, empruntait jusqu’alors ses thèmes à sa propre vie – une enfance quelque peu morose à Modane – et se concentrait sur des cellules restreintes : la famille, les copains, la relation mère-fils… Répondant à une commande d’Arnaud Meunier, directeur de la Comédie de Saint-Étienne, il reste, avec J’ai pris mon père sur mes épaules, dans une certaine intimité quotidienne, tout en calquant sa trame sur L’Énéide de Virgile : il va jusqu’à appeler Énée son héros.

Qu’y a-t-il de moderne à prendre dans cette épopée latine ? Le sens du voyage, ou plutôt la préparation du voyage. L’Énée de Melquiot n’entreprend pas de quitter Troie mais son immeuble de la banlieue stéphanoise pour emmener son père, âgé et fatigué, au Portugal, où celui-ci pourra terminer sa vie. Ces préparatifs prennent du temps et font ­intervenir le voisinage. Car la pièce donne une importance presque égale aux autres personnages qu’Énée et son père côtoient dans l’immeuble : la belle femme de l’appartement du dessus, dont ils sont épris tous les deux, des voisins de différentes origines. Il faut d’ailleurs se méfier des amis, car l’un d’eux va voler l’argent d’Énée pour lui apprendre qu’il ne faut pas s’attacher aux biens de ce monde ! Dans cette habitation, Melquiot a concentré la vie telle qu’elle existe dans les cités et les banlieues, avec fraternité et pauvreté, et y a ajouté un incident comme un tremblement de terre sans réelle gravité, comme pour marier le mythologique et l’actualité telle qu’elle nous arrive par les médias.

Il reste 50% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents