L’air de la démocratie est pollué

Ivan Illitch et André Gorz pensaient qu’un éco-fascisme pourrait surgir d’une techno-bureaucratie verte. Aujourd’hui, c’est plutôt le déni écologique qui nourrit des pensées et des systèmes autoritaires et fascisants.

Geneviève Azam  • 13 février 2019 abonné·es
L’air de la démocratie est pollué
© photo : Les Trump, Poutine ou Bolsonaro se maintiennent au pouvoir en niant les catastrophes écologiques.crédit : Sergey Guneev/Sputnik/AFP

La destruction et le pillage des fondements naturels des sociétés s’accélèrent alors que le capitalisme et son monde rencontrent une contrainte externe, non négociable et irréversible. Le chaos climatique en est une des manifestations majeures. Les postures virilistes du déni et celles de la toute-puissance technique – le « système mâle » selon l’écoféministe Françoise d’Eaubonne (1) – n’y changeront rien. André

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
Le temps du climat
Temps de lecture : 4 minutes