« Tout ce qu’il me reste de la révolution » : La politique du rire

Dans Tout ce qu’il me reste de la révolution, Judith Davis met en scène une jeune femme qui bute sur la manière de changer le monde.

Christophe Kantcheff  • 5 février 2019 abonné·es
« Tout ce qu’il me reste de la révolution » : La politique du rire
© crédit photo : Agat Films & Cie

Angèle (Judith Davis) est urbaniste. Changer la ville, n’est-ce pas changer la vie ? Angèle est en rogne contre le monde tel qu’il ne va pas bien et voudrait le transformer. Dans les premières séquences de Tout ce qu’il me reste de la révolution, on la voit marcher ou se déplacer à vélo dans Paris, mais elle n’est jamais à l’endroit adéquat ni dans le bon couloir. Littéralement, la jeune femme est « à côté ». Au bureau d’études où on envisageait de l’embaucher, on la met même dehors, avec des arguments de gauche et bien-pensants. Angèle riposte par une longue tirade saignante et finalement drolatique, que le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Cinéma
Temps de lecture : 3 minutes