Dossier : Réfugiés italiens : Justice de plomb

Alessandro Stella, l’histoire comme plaie ouverte

Cet ex-militant de la lutte armée en Italie est réfugié depuis trente-sept ans en France, où il a reconstruit sa vie comme historien et anthropologue. Non menacé lui-même, il s’afflige de l’acharnement contre ses anciens camarades.

Certaines histoires restent figées, comme gravées dans le marbre. D’autres demeurent brûlantes et en mouvement, tel du magma. « Les années de plomb », ou « mai rampant », ont ces airs de volcan qui n’aurait jamais trouvé le sommeil. Alessandro Stella voulait en parler au passé lors d’un colloque organisé le 17 janvier à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris. L’actualité a contraint l’enseignant d’ouvrir le séminaire au présent. Trois jours plus tôt, la Bolivie avait extradé Cesare…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents