Dans les coulisses de Mediapart

Naruna Kaplan de Macedo a filmé un an durant la rédaction dirigée par Edwy Plenel. Coup de projecteur sur un journal indépendant.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mai 2016-mai 2017. C’est l’année où Donald Trump est élu président des États-Unis, où le PS s’autodissout, où François Fillon s’embourbe, où le Front national parvient au second tour de l’élection présidentielle. Naruna Kaplan de Macedo, qui avait commencé par tenir un blog sur le site, le confesse d’emblée : elle a filmé Mediapart parce qu’elle « le lit depuis sa création, en 2008 ». Parce que c’est « devenu mon journal au fil des années. Une référence intellectuelle, partagée par beaucoup de ma génération. Concrètement, je suis venue à la politique pendant ces années, entre le Moyen-Orient, le Brésil et la France, toujours avec Mediapart comme boussole ».

Aux premiers jours du tournage, c’est l’affaire Baupin qui anime l’actualité. Une affaire qui est à la base du travail de journaliste : on entend quelque chose, on va se renseigner, demander, interroger, enquêter. Avec l’exigence de papiers charpentés. Dans la perspective de la campagne présidentielle, moment riche en terme d’images, la réalisatrice filme les réunions de conférence de rédaction, le décryptage des primaires à droite et à gauche (mais sans s’épargner les commentaires autour des élections américaines), la fabrication des entretiens avec les différents candidats (à commencer par Emmanuel Macron, suivi par Benoît Hamon), tandis que les affaires se succèdent (les Football Leaks, les financements libyens, les emplois fictifs chez Fillon), avec leur lot de travail d’investigation.

Depuis Mediapart se veut ainsi un film sur le quotidien d’un collectif, ponctué par des discussions vives, des réflexions, des interrogations, notamment pendant l’entre deux tours de l’élection présidentielle, et d’entretiens sur la perception du métier et ses enjeux démocratiques avec quelques journalistes de la rédaction, au-delà de ses figures les plus emblématiques (Edwy Plenel et Fabrice Arfi), comme Ellen Salvi et Lenaïg Bredoux.

Depuis Mediapart, Naruna Kaplan de Macedo, 1h40.


Haut de page

Voir aussi

Le bal des petits pompiers

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents