En trans de liberté

Un documentaire sensible de Stéphane Mercurio sur le passage d’un sexe à l’autre.

Ce sont sept comédiens non professionnels sur les planches. Sept transsexuel·le·s espagnol·e·s à suivre les instructions du metteur en scène Didier Ruiz, dans la préparation d’un spectacle vivant, à lui confier aussi en tête à tête des bribes de leur vie privée, tandis qu’il prend des notes, façon psychanalyste. À chacun de raconter ce moment de passage d’un sexe à l’autre, ce délicat moment de révélation, envers soi-même, envers l’autre. Pour l’un, cela reste un souvenir hilarant, dans un café, entre ses parents. « C’est comme être au bord du précipice et sauter. Je n’arrivais pas à parler. Je m’étais promis de ne parler ni de moustaches ni d’hormones, et la première chose qui est sortie, c’est “moustaches” et “hormones” ! C’était une catastrophe ! C’est le stress, comme parfois dans les films, où tout sort à l’envers. »

Mais tout le monde ne garde pas un souvenir heureux de ce moment quand il s’agit de se protéger, de supporter les coups, parfois depuis l’enfance, d’expliquer à son fils combien son propre corps mue, de jouer avec les apparences, d’affronter les moqueries, les humiliations, d’en passer par une mastectomie.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents