La mort à Damas

À travers l’histoire d’une jeune femme qui s’est suicidée, Chroniques d’une ville qu’on croit connaître, de Wael Kadour, revient sur les origines de la révolution syrienne et interroge sur les causes de son échec.

Anaïs Heluin  • 27 mars 2019 abonné·es
La mort à Damas
© crédit photo : Nabil Boutros

Autour d’un dallage de parpaings, unique élément de décor de Chroniques d’une ville qu’on croit connaître, Hanane El Dirani fait les cent pas. Comédienne, clown, marionnettiste et libanaise, elle incarne une jeune femme syrienne. Une prénommée Roula qui vient d’apprendre que sa meilleure amie, Nour – « lumière », en arabe –, s’est jetée par la fenêtre. À ses côtés, Tamara Saade, libanaise, assume le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 4 minutes