« Bien au contraire »…

Pour Gérald Darmanin, « l’impôt sur la fortune n’a jamais contribué à faire baisser le chômage ».

Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics d’Emmanuel Macron, vient de faire, dans Le Journal du dimanche, cette déclaration – parmi d’autres tout aussi étonnantes mais que les journalistes qui les recueillaient religieusement n’ont bien sûr pas contestées : « L’impôt sur la fortune (ISF) est un impôt absurde, purement idéologique, […] qui n’a jamais contribué à faire baisser le chômage – bien au contraire. »

On manque – hélas – de place, dans l’espace exigu de ces deux minuscules feuillets, pour dire tout ce qu’il y a de profondément burlesque dans chaque mot de cette protestation.

Mais il faut concéder à M. Darmanin que son assertion selon laquelle l’ISF n’a jamais contribué à faire baisser le chômage (1) n’est sans doute pas complètement fausse (2). Et il y a à cela une explication relativement simple, qui est que jamais (au grand jamais) les impôts, quels qu’ils soient, et contrairement à ce que suggère (et soutient) donc là cet audacieux ministre, n’ont eu pour fonction première de faire baisser le chômage : ils contribuaient, avant que les droites (assumées ou « socialistes ») ne présentent leur « baisse » comme l’alpha et l’oméga de l’exercice du pouvoir, au financement des sécurités (et des solidarités) sociales (3) et des services publics – plutôt qu’à sponsoriser toujours plus d’allègements des charges patronales.

Il reste 54% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le bal des petits pompiers

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents