Fragments de monologues amoureux

Avec L’Amour en toutes lettres. Questions sur la sexualité à l’abbé Viollet (1924-1943), Didier Ruiz nous plonge dans l’intimité d’hommes et de femmes des années 1930. Et nous pousse à regarder la nôtre en face.

La durée de vie des spectacles se réduisant, les occasions de retrouver à plusieurs années d’intervalle un comédien dans le même rôle sont de plus en plus rares. À ce titre, L’Amour en toutes lettres. Questions sur la sexualité à l’abbé Viollet (1924-1943) est déjà exceptionnel. Plus de vingt ans après sa création, tous les comédiens (vingt, divisés en deux groupes qui se répartissent les lundis et les mardis) présents à l’époque aux côtés de Didier Ruiz sont aujourd’hui réunis. Il fallait que le rendez-vous soit important pour tous. Il fallait que la pièce, selon eux, ait résisté aux modes et au temps. C’est bien le cas.

Dans leur manière de se faire les passeurs de lettres écrites au siècle dernier, les acteurs reviennent à l’essence de leur discipline. À la parole, qui sur scène est forcément d’amour – du mot, de l’acteur, du spectateur – à défaut d’être forcément amoureuse. Du moins au sens où on l’entend aujourd’hui. Tirées d’un recueil publié en 1996 par Martine Sevegrand, dont Didier Ruiz a repris le titre, les lettres dont s’emparent les comédiens ne sont pas tissées de désir, d’imaginaire, ni de déclarations. Tri­ptyque qui, selon Roland Barthes, définit le discours amoureux. Les auteurs des missives n’ont rien non plus à voir avec le sujet décrit dans Fragments d’un discours amoureux comme ne cessant de « courir dans sa tête, d’entreprendre de nouvelles démarches et d’intriguer contre lui-même ». Leurs inquiétudes sont tout autres.

Il reste 54% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décote, départ à 64 ans, valeur du point… On vous dit tout sur la réforme des retraites

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents