La fonte du permafrost, une menace toxique et infectieuse

La hausse des températures entraîne le dégel d’un sous-sol solide depuis des millénaires, qui contient du méthane, du mercure, mais aussi des bactéries et des virus oubliés ou inconnus.

Emmanuel Drouet  • 24 avril 2019 abonné·es
La fonte du permafrost, une menace toxique et infectieuse
© photo : Une excavation formée en Sibérie par la fonte du pergélisol, en 2014.crédit : Press service Yamalo-Nenets / AFP

Tout n’a pas été vain à Katowice. Des experts anglais, canadiens, états-uniens, norvégiens et français ont profité de leur présence à la COP 24, en décembre dernier en Pologne, pour relancer un thème qui les inquiète : les multiples conséquences de la fonte du pergélisol (permafrost en anglais). Cette couche de terre et de débris végétaux en partie décomposés, et souvent mêlée à des cristaux ou à des lentilles de glace, restait gelée en permanence depuis des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans
Le temps du climat
Temps de lecture : 4 minutes