Emmanuel Macron, champion de la droite

LREM siphonne l’électorat LR, et installe Le Pen comme son opposant officiel. Tout en donnant des signes d’un pouvoir autoritaire.

Perdant mais tout de même gagnant. Emmanuel Macron a manqué son pari d’être en tête du scrutin du 26 mai. Au regard de son ambition électorale, le président, qui s’était personnellement impliqué jusqu’aux dernières heures de la campagne, enregistre bel et bien une défaite. « Quand on finit deuxième, on ne peut pas dire qu’on a gagné », a reconnu le Premier ministre, Édouard Philippe. Avant d’affirmer sa « détermination » à « poursuivre le projet du président et de la majorité », convaincu que celle-ci…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents