Éthique : Vincent Lambert, un symbole

Vincent Lambert pourrait surtout devenir le symbole de la nécessité absolue des directives anticipées.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Vincent Lambert est devenu un symbole. Du combat pour l’euthanasie. Du combat contre l’euthanasie. Des limites de l’acharnement thérapeutique, du débat sur la fin de vie. Du déchirement d’une famille : cesser d’alimenter un homme de 42 ans dans le coma depuis dix ans ou le maintenir sur un lit. De batailles médicales et judiciaires…

Jusqu’à ce rebondissement le 20 mai : les soins à Vincent Lambert ont été interrompus le matin. Il allait mourir. Mais ils ont repris dès l’après-midi, sur décision de la cour d’appel de Paris, qui demande d’attendre l’avis du Comité international des droits des personnes handicapées, pourtant a priori non contraignant. 

Le dossier monte à l’ONU, saisie par les avocats des parents, qui crient à la remontada. Vincent Lambert pourrait surtout devenir le symbole de la nécessité absolue des directives anticipées.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents