New Look : Liquidation à l’anglaise

La chute spectaculaire de la filiale française du groupe d’habillement New Look, dans une opacité savamment entretenue, laisse les salariés dans l’incertitude sur leur avenir.

Erwan Manac'h  • 1 mai 2019 abonné·es
New Look : Liquidation à l’anglaise
© crédit photo : SERGE ATTAL / ONLY FRANCE / AFP

New Look se débarrasse de sa filiale française. Les 429 salariés l’ont brutalement compris en septembre et viennent de mesurer l’urgence de la situation en découvrant, trois jours seulement avant le placement de l’entreprise en redressement judiciaire, le 26 mars, une dette abyssale que leur cachait la direction.

À lire aussi >> New look : une souffrance endémique

La brutalité de l’annonce et la rapidité avec laquelle la trésorerie française a plongé dans l’abîme soulèvent une montagne de questions. Pour les salariés, laissés dans le flou, mais aussi pour la puissance publique. Car c’est aujourd’hui la solidarité nationale qui, via le régime de garantie des salaires, paye une partie des salaires pendant qu’un mandataire judiciaire cherche des repreneurs. En cas de liquidation, c’est ce même fonds qui pourrait régler les indemnités de licenciement des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail
Temps de lecture : 8 minutes