En cheville avec le monde

Le Chant du pied est un jeu endiablé mêlant l’Inde et l’Occident.

Nathalie Le Boucher, Annie Rumani et Catherine Schaub-Abkarian ont pris provisoirement le nom de « kathakali girls ». Le kathakali est une danse de l’Inde du Sud qui est une référence absolue pour qui s’intéresse au théâtre gestuel et dansé : la synthèse parfaite du mythe, du geste et de la musique.

Ces trois actrices ont gravité autour de la troupe d’Ariane Mnouchkine, dont on connaît la dette envers les codes asiatiques, et sont allées sur place, là où se pratiquent cet art et d’autres arts frères. Leur spectacle est une sorte d’ode au katakhali en même temps qu’un récit personnel sur leurs voyages et leurs états d’âme. Elles nous apprennent les codes du pied (en les opposant à ceux qui régissent la danse classique européenne) mais aussi ceux du corps, de la tête, des bras. Des poignets aussi : ah ! les poignets…Capital dans le kathakali. Et magnifique.

Il reste 54% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents