LR en voie d’extinction

La démission de Wauquiez ne réglera pas la profonde crise que connaît la droite, tiraillée entre Macron et Le Pen.

Il n’aura tenu qu’une semaine. Dimanche soir sur TF1, Laurent Wauquiez a tiré la leçon de la déroute électorale du parti qu’il dirigeait depuis décembre 2017 en démissionnant de la présidence des Républicains. Son premier réflexe au lendemain du tout petit 8,5 % obtenu par la liste de François-Xavier Bellamy avait été d’annoncer la tenue d’états généraux à la rentrée pour « tout remettre à plat ». Pour nombre de dirigeants et d’élus de droite, ce n’était pas à la hauteur de la débâcle historique des européennes. Les ateliers de la refondation, pilotés en 2017 par Bernard Accoyer, secrétaire général par intérim après le naufrage de la présidentielle, avaient déjà permis d’établir, selon ce dernier, une « liste interminable » d’erreurs, de fautes, de défaillances et de renoncements que Laurent Wauquiez a « laissée sur l’étagère » pour construire « une officine » dédiée à son ambition présidentielle.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents