Prisons : violences à huis clos

L’Observatoire international des prisons publie un rapport sur les violences subies par les détenus de la part du personnel pénitentiaire. Un état des lieux alarmant.

Jean-Claude Renard  • 3 juin 2019 abonné·es
Prisons : violences à huis clos
photo : prison de la Santé à Paris.
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Là, un surveillant avoue « uriner sur le plateau des médicaments destinés aux détenus ». Ici, un chef d’établissement pénitentiaire qui se dit « incapable de dire le nombre de circonstances où [il a] été confronté à des allégations de violences commises par des personnels pénitentiaires tellement il est conséquent ». Là encore, un proche relate : « Mon frère a été frappé et insulté par des surveillants qui ont appris je ne sais comment son homosexualité. » Un surveillant interpelle : « Vous connaissez la formule magique ? “Nous avons utilisé la force strictement nécessaire.” Vous mettez tout dedans, c’est ça qui est magique. Mais le “strictement nécessaire”, c’est du pipeau. » « Combien de fois, rapporte un agent pénitentiaire, j’ai assisté à une intervention où les personnels sont sur un type, il a été maîtrisé, il est au sol, on est en train de le menotter, tout se passe “bien”, les menottes sont passées, les entraves, et là vous avez un agent qui arrive et qui lui donne un coup dans les côtes ? » Ici, enfin, c’est un détenu qui souffre de troubles psychologiques, rossé par plusieurs matons dans la cellule d’un quartier disciplinaire.

Régulièrement, l’Observatoire international des prisons (OIP) reçoit des témoignages dénonçant les violences subies de la part des personnels pénitentiaires. Face à la récurrence des récits, l’association a mené douze mois d’investigation pour la rédaction de ce rapport de 114 pages, sans concession, alliant une centaine de témoignages, pour beaucoup sous couvert d’anonymat, de personnes détenues, mais aussi de soignants, d’avocats et de membres de l’administration pénitentiaire (chose extrêmement rare)… L’OIP s’est concentré sur les violences physiques, sans minimiser l’existence d’autres formes de violences carcérales. Brimades, intimidations, abus de pouvoir, insultes… Il ne s’agit pas non plus, dans ce rapport, de nier la réalité des agressions commises par des détenus à l’encontre du personnel pénitentiaire. Mais, si celles-ci sont souvent médiatisées, les autres semblent faire l’objet d’un déni collectif.

Il n’existe aucune donnée officielle, aucune statistique sur ces violences. L’OIP s’est donc confronté à un « phénomène qui n’est pas mesuré », tout en demandant au ministère de la Justice des informations susceptibles de servir d’indicateurs, telles que le nombre de plaintes pour des faits de violence chez les surveillants. L’association, qui a reçu près de 200 signalements ces deux dernières années, s’est aussi appuyée sur les saisines déposées auprès du Défenseur des droits mettant en cause des personnels de surveillance.

S’il n’est pas exhaustif, le rapport se veut un état des lieux éclairant. Au-delà des violences ordinaires, à l’occasion d’un refus d’obtempérer, d’une fouille à nu ou d’un placement en cellule disciplinaire, le rapport pointe d’autres tendances, des violences perpétrées par des détenus, avec la complicité de personnels de surveillance, des violences préméditées, véritables expéditions punitives, et des violences « portées par un groupe de personnes et rendues possibles par le silence de leur supérieur hiérarchique ». Des violences dont sont victimes, le plus souvent, les auteurs d’infraction à caractère sexuel, les malades psychiques, les étrangers et les indigents.

Ce que pointe également l’OIP, c’est combien pèse l’omerta sur ces violences. De fait, « ceux qui les dénoncent peuvent parfois avoir plus à perdre qu’à gagner : pour les détenus, c’est s’exposer à des risques de représailles en tout genre. Pour les témoins et lanceurs d’alerte – surveillants, personnels soignants, intervenants en détention –, ce sont des risques de pressions, intimidations, mises à l’écart ». À l’omerta s’ajoute l’impunité. Obtenir justice pour un détenu ressemble à un parcours du combattant. Encore faut-il connaître ses droits. Sachant qu’une plainte n’est pas toujours suivie d’une enquête mais plutôt classée sans suite. In fine, ce rapport révèle le « problème d’une déresponsabilisation collective ». Si le métier de surveillant est ingrat et dévorant, sous pression, et mal formé, exercé dans de médiocres conditions, les personnes détenues ne bénéficient d’aucune protection et restent dans l’incapacité de faire valoir leurs droits. Surtout, cela ne peut guère s’améliorer, dès lors qu’on constate une inflation carcérale synonyme d’une dégradation des conditions de détention et le renforcement des logiques sécuritaires contribuant à augmenter les tensions et les violences. Mais ça, ça n’intéresse personne.

À lire également Dedans dehors, la revue de l’OIP, et le numéro d’avril consacré au rapport.

Société Police / Justice
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »
Sociologie 19 avril 2024 abonné·es

« Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques »

Ulysse Rabaté, chercheur en science politique de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, retrace dans son ouvrage Streetologie la culture de vie des quartiers populaires comme moteur à pratiques politiques.
Par Léa Lebastard
­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits
Luttes 18 avril 2024 abonné·es

­À la Maison des métallos, des mineurs isolés se mobilisent pour leurs droits

Depuis le 6 avril, des mineurs isolés du collectif des jeunes du parc de Belleville ont décidé d’occuper ce lieu parisien symbolique des luttes sociales, pour dénoncer leur situation, davantage fragilisée par l’arrivée des Jeux olympiques.
Par Léa Lebastard
Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus
Justice 18 avril 2024 abonné·es

Au procès des militants basques de Louhossoa, un parquet antiterroriste obtus

Les 2 et 3 avril derniers, à Paris, Jean-Noël « Txetx » Etcheverry et Béatrice Molle-Haran répondaient de leur participation à l’opération de désarmement de l’organisation de lutte armée ETA en 2016, à Louhossoa, au Pays basque. Avec cette question : un acte illégal, mais qui s’est avéré légitime, mérite-t-il d’être puni ?
Par Patrick Piro
S’adapter à la répression pour ne pas relâcher la pression
Analyse 17 avril 2024 abonné·es

S’adapter à la répression pour ne pas relâcher la pression

Ces dernières années, les luttes écologistes subissent une brutalité croissante des forces de l’ordre. Face à la disproportion des moyens employés par l’État, les militants cherchent à adapter leurs modes d’action.
Par Maxime Sirvins