Quand la précarité devient la norme

Le cumul emploi-chômage peut être bénéfique pour relancer une carrière, mais aussi constituer un piège quand il enferme dans un cycle de contrats courts. Témoignages.

Erwan Manac'h  • 19 juin 2019 abonné·es
Quand la précarité devient la norme
© crédit photo : Riccardo Milani / Hans Lucas / AFP

Julien (*), 45 ans, enquêteur

« J’ai une longue histoire de travail intermittent. Notamment dans des instituts de sondage, pour lesquels je réalise des enquêtes par téléphone. C’est quelque chose que j’ai voulu à un moment : cela me permettait d’avoir du temps pour travailler sur mes propres projets (photo, cinéma, etc.). Ensuite, cela m’a permis de m’occuper de mes enfants. C’est plus économique que de prendre une nounou, mais je n’ai plus le temps de poursuivre mes projets professionnels. Aujourd’hui, cette précarité est davantage subie.

Les conditions de travail et les salaires se sont dégradés dans les instituts de sondage, pendant et après la crise. Ils ne recrutent plus que les personnes les plus précaires, même s’ils ont un volume à peu près constant de salariés. Ils dépensent beaucoup d’énergie et d’argent pour recruter et former en permanence des personnes qui ne restent jamais. Mais ce qui importe, pour eux, c’est de pouvoir continuer à traiter les gens comme des esclaves et de garder un turn-over important.

La défiance est réciproque. Pour les salariés, c’est impossible de tenir dans des boîtes comme celles-là. Même lorsque l’employeur leur propose un CDI, comme c’est son obligation après plusieurs CDD, beaucoup refusent. Sans les primes de précarité et les congés payés versés sur le salaire, les gens perdent 20 % de leurs revenus en acceptant un CDI. Il faut également se contenter de cinq semaines de congés payés, alors que les CDD permettent de faire des pauses en conservant des périodes de chômage. »

À lire aussi >> La macronie sacrifie les chômeurs

Antoine, 47 ans, directeur d’achats

« Le cumul emploi-chômage m’a permis d’accepter un travail avec une rémunération moitié moins élevée que dans l’emploi que j’occupais avant. Pôle emploi complétait. Je gagnais un peu moins, mais j’étais au travail, j’avais de nouveau une fiche de paye, je cotisais pour la Sécu et l’assurance chômage. C’est aussi beaucoup plus facile de retrouver un travail quand on est en poste. Après dix-huit mois à ce régime, j’ai démissionné pour un autre emploi mieux payé. Je n’ai plus besoin des compléments de Pôle emploi.

Sans ce système, un cadre qui a bien gagné sa vie aurait intérêt à rester chez lui en attendant la fin de ses droits pour ne pas perdre de revenus. En fin de compte, l’assurance chômage réalise des économies.

Je me suis aussi aperçu que trouver un boulot à 45 ans est un enfer sans nom. Nous sommes considérés comme trop vieux. Je m’en suis rendu compte en déposant mon CV sur deux plateformes d’emploi (Cadremploi et l’Apec), sans indiquer ma date de naissance sur l’une des deux. J’ai reçu quatre fois plus d’offres que sur celle où je mentionnais mon âge. »

À lire aussi >> Régime de choc et recul des droits

Pierre, 38 ans, expert

« Dans mon secteur, l’expertise en risques psycho­sociaux pour les représentants du personnel dans les entreprises, le CDD est quasiment une norme. J’enchaîne des missions de quelques mois, souvent pour le même employeur, et lorsque je n’ai aucune mission ou que je dois observer une période de “carence” entre deux CDD, c’est Pôle emploi qui me paye. J’utilise ces droits deux ou trois fois par an, au mois d’août, parce qu’il n’y a pas de mission et que je pars en congé, ou lorsque mes revenus sont inférieurs à mes droits au chômage (1 500 euros). Mais cela reste rare, car je gagne suffisamment bien ma vie.

Les entreprises du secteur du conseil tirent inconsciemment profit de ce système. Si je ne pouvais pas utiliser Pôle emploi par intermittence, je ne pourrais pas fonctionner comme je le fais aujourd’hui. Il y a beaucoup de free-lances comme moi pour qui c’est plutôt un choix. J’ai d’ailleurs refusé un CDI, car ce mode de vie me convient. Mais, depuis trois ans, les cabinets ont tendance à tirer sur la corde en négociant au plus serré le nombre de jours facturés. À nous ensuite d’organiser notre travail.

L’autre inconvénient, c’est que nous devons observer une précision chirurgicale dans notre relation avec Pôle emploi. Toute erreur se paye par une mise à la porte. Il faut être très vigilant et avoir de la trésorerie de côté au cas où Pôle emploi réclamerait des “trop-perçus” ou bloquerait les allocations. »


(*) Les prénoms ont été modifiés.

Travail
Temps de lecture : 4 minutes

Pour aller plus loin…

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied
Récit 24 mai 2024 abonné·es

Le boulanger syndicaliste, réintégré par le conseil des prud’hommes… puis re-mis à pied

Après avoir été licencié contre la décision de l’inspection du travail, Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, a obtenu, ce vendredi, sa réintégration. Dans la foulée, la direction de l’entreprise a annoncé entamer une nouvelle procédure de licenciement.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Simplifier », ou comment faire un cadeau au patronat
Travail 21 mai 2024 abonné·es

« Simplifier », ou comment faire un cadeau au patronat

Sous prétexte de « rendre des heures aux Français », un rapport parlementaire s’attaque à de nombreux acquis sociaux ainsi qu’au droit du travail. Plusieurs de ses propositions pourraient être reprises dans la future loi travail promise par Gabriel Attal à l’automne.
Par Pierre Jequier-Zalc
À l’INRS, Europ Net balaie le droit du travail
Travail 6 mai 2024 abonné·es

À l’INRS, Europ Net balaie le droit du travail

La société de nettoyage est, depuis 2023, en charge du site principal de l’INRS, organisme de recherche sur la question de la santé et des risques au travail. Depuis, magouilles et entorses au code du travail s’enchaînent. Au détriment des salariés.
Par Pierre Jequier-Zalc
À Rougier & Plé, une grève et quatre convocations
Luttes 30 avril 2024 abonné·es

À Rougier & Plé, une grève et quatre convocations

Dans le célèbre magasin parisien de fournitures pour les métiers d’art, un mouvement de grève a été lancé début avril pour de meilleures conditions de travail. Dans la foulée, quatre grévistes ont été convoqués à un entretien disciplinaire. La direction nie tout lien entre les deux évènements.
Par Pierre Jequier-Zalc