Salaires des joueuses : l’arithmétique a bon dos

La moindre « rentabilité » des footballeuses face à leurs homologues masculins ne suffit pas à expliquer l’écart salarial.

Romain Haillard  • 5 juin 2019 abonné·es
Salaires des joueuses : l’arithmétique a bon dos
© photo : Serena Williams était la seule femme dans le classement Forbes des 100 athlètes les mieux payés en 2017.crédit : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFp

À l’heure du Mondial de football, des joueuses professionnelles engagent le match contre les inégalités salariales. Parmi elles, l’internationale norvégienne Ada Hegerberg. Pour dénoncer les inégalités de traitement entre genres, la première femme récompensée du Ballon d’or ne foulera pas les

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Publié dans le dossier
Femmes et sports : Terrains à déminer
Temps de lecture : 3 minutes