« Un cadenas sur le cœur », de Laurence Teper : la vérité à la clé

Dans Un cadenas sur le cœur, Laurence Teper raconte comment une femme élucide les faux-semblants sur lesquels sa vie était fondée.

U n cadenas sur le cœur s’ouvre par des scènes de vacances en apparence anodines, sur la plage où deux familles se retrouvent chaque été depuis des années : les Meunier et les Coquillaud. Les premiers ont un fils et une fille, Claire, personnage principal du livre – et, comme plusieurs indices le montrent, alter ego de l’auteure, Laurence Teper. Les seconds, un peu plus dotés socialement, ont six enfants.

Nous sommes dans les années 1970, la vie semble s’écouler tranquillement, les étés succèdent aux étés. Sauf qu’à regarder de plus près, comme dans toutes les familles, tout n’est pas aussi limpide qu’il y paraît. Dès la fin du premier chapitre, quelque chose cloche. Pendant que chacun (hormis Mme Coquillaud, qui sort peu) se baigne, s’étend sur une serviette, croque dans un en-cas, Gisèle Meunier et Georges Coquillaud partent en promenade pendant de longues heures. « Non sans qu’au préalable, sous les yeux à peine surpris des uns et des autres, Georges Coquillaud ait enduit d’écran total le dos de Gisèle Meunier. »

Même si les chapitres introductifs font les présentations avec les membres des deux familles, Un cadenas sur le cœur n’est pas une chronique familiale, avec son arrière-fond social, ses névroses et ses égoïsmes. Il s’agit d’un livre-enquête dans lequel Claire/Laurence Teper raconte comment elle s’est lancée à la recherche d’un graal : la vérité. Une notion qui pourrait être discutée. Parmi les exergues placés en tête du livre, il y a cette citation de Schopenhauer : « Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme une évidence. »

Il reste 60% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents