Adrien Quatennens : le gardien du temple insoumis

Désormais numéro 2 de LFI, Adrien Quatennens, 29 ans, incarne à la fois la fidélité absolue à Jean-Luc Mélenchon et sa potentielle relève.

Dans la barre de recherche de Google, quand on tape « député insoumis », la première suggestion y appose l’adjectif « roux », signe que la recherche a bien souvent été faite. Signe aussi qu’Adrien Quatennens ne passe pas inaperçu. « C’est sûr que, dans les manifestations, on le retrouvait facilement », se souvient un compagnon de lutte de la région lilloise.

Grand, roux, les cheveux en brosse, le député La France insoumise (LFI) de la première circonscription du Nord (Lille) se démarque aussi par son calme, son phrasé didactique et son aisance dans les débats. Autant de qualités qui font de lui l’un des députés les plus populaires de la quinzième législature. Au départ militant du Parti de gauche à Lille (qu’il intègre en 2013), Adrien Quatennens a su, au fil des ans, se rendre indispensable au sein de LFI, devenant, le 22 juin, le nouveau « coordinateur » du mouvement, en lieu et place de Manuel Bompard, élu député européen.

Cette place de « numéro 2 » – dénomination qu’il réfute – est l’aboutissement d’un long parcours pour l’élu, qui n’a pas 30 ans. Mais attention aux apparences : rien chez Adrien Quatennens ne renvoie à une figure juvénile. « Il a toujours été très calme, très imposant. Même le soir de son élection, quand il est venu dans notre bar pour nous remercier, sa joie était contenue », se souvient un militant LFI lillois. « Son attitude rappelle qu’il n’est pas un jeune député, il est député, point », résume un de ses proches.

Comme tous les membres de sa génération (au rang desquels Mathilde Panot, Manon Aubry ou encore Marina Mesure), Adrien Quatennens est marqué dès le lycée par les manifestations étudiantes contre la réforme Fillon (2005) et le contrat première embauche (2006). « J’étais très intéressé par ce processus d’organisation collective », explique-t-il. Issu d’une famille « où l’on ne parlait pas de politique », le lycéen s’engage alors auprès d’associations venant en aide aux sans-abri. « Tous les jeudis, nous faisions des maraudes », se souvient-il. Un engagement qu’à l’époque il ne souhaite pas appliquer à la politique. « Comme beaucoup, j’affichais ma défiance envers ces appareils. » Depuis Lille, il assiste à la création du Front de gauche et participe en tant que simple sympathisant à la campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2012. En parallèle de son engagement militant, il poursuit ses études : bac, fac d’économie, puis BTS management des unités commerciales en alternance chez EDF.

En 2013, quand il prend sa carte au Parti de gauche, Adrien Quatennens est conseiller clientèle pour l’énergéticien à Lille. Du Front de gauche, cette alliance entre le Parti de gauche, le PCF et Gauche unitaire, qui a duré de 2009 à 2018, il garde un souvenir heureux. Fervent défenseur de l’adhésion individuelle à ce mouvement, il se souvient de « ces alliances rouges-vertes » qui décrochaient « plus de 20 % des voix dans la région ». Mais aussi de « l’écueil habituel quand vous travaillez dans un attelage politique » et que vient « le même réflexe chez chacun de défendre sa chapelle ». Autant de souvenirs qui amènent Adrien Quatennens à s’engager dans LFI et à se porter candidat aux législatives de 2017, qu’il remporte de justesse (50 voix) face à Christophe Itier, le candidat de La République en marche (LREM).

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents