Avignon off : Dans le noir, rallumer la mémoire

Disparition d’un père, évaporation d’un fils : Final Cut, de Myriam Saduis, et Disparu, de Cédric Orain, proposent des traversées intimistes et puissantes portées par des femmes au jeu subtil.

L’histoire, pour Myriam, est une sensation de vide au creux de l’estomac. C’est l’incompréhension, la blessure causée par un changement de nom imposé par sa mère, qui d’une petite Saâdaoui a fait une Saduis. C’est sa douleur lorsque cette même mère la peignait longuement pour dompter les épis de ses cheveux noirs. Trop noirs à son goût.

Âgée aujourd’hui d’une cinquantaine d’années, la comédienne et metteuse en scène Myriam Saduis part dans Final Cut de ses souvenirs d’enfance pour remonter le cours du temps et tenter d’éclaircir les zones d’ombre de son histoire familiale. Lesquelles, découvre-t-on au fil de sa pièce, sont très liées à des cicatrices plus collectives : celles qu’a laissées derrière lui le passé colonial de la France. Sa présence en Tunisie depuis 1881 précisément, qui a pesé sur sa vie de femme née en 1961 d’une mère née en Tunisie dans une famille de colons italiens et d’un père tunisien.

« Quand ma mère est morte, j’ai trouvé des lettres chez elle qui m’étaient adressées, qu’elle ne m’avait jamais remises, dont elle ne m’avait pas parlé. » Dès ces premiers mots prononcés par Myriam Saduis, assise derrière un bureau tout simple, on sent que la parole est pour elle une conquête. Le fruit d’un travail commencé il y a longtemps. Plus de quinze ans avant la création du spectacle en novembre 2018 à Bruxelles au Théâtre Océan Nord, dont la directrice, Isabelle Pousseur, est la collaboratrice artistique. Après avoir réalisé plusieurs créations, dont une adaptation de La Mouette et une pièce autour de Hannah Arendt, c’est donc la première fois que Myriam Saduis parle sur scène à la première personne. La première fois qu’elle rend publique son enquête. Son exploration est devenue au fil des années un passionnant récit-fleuve qu’il a fallu couper, réagencer cent fois pour en faire un spectacle.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents