Ça bétonne près de chez vous ?

Les projets de nouveaux centres commerciaux, menaces pour les terres agricoles et la biodiversité, sont nombreux sur le territoire. Nous les avons répertoriés.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il y a cinquante ans, des mastodontes de béton sortaient du sol pour s’ancrer dans les habitudes des Français : les centres commerciaux. C’était l’époque des Trente Glorieuses, du boom démographique, de la croissance économique sans limite apparente, de la voiture reine. Celle aussi de la transformation des citoyens en consommateurs avec l’importation des malls états-uniens, symboles de l’american way of life. En 1969, Englos-les-Géants vers Lille, CAP 3000 à Saint-Laurent-du-Var et Parly 2 du côté de Versailles ont émergé et lancé la dynamique.

Un demi-siècle plus tard, les mentalités et les modes de consommation ont changé, notamment avec les achats en ligne et l’arrivée du drive. Une étude de l’Observatoire société et consommation (ObSoCo) d’octobre 2018 concluait que « l’avenir de l’urbanisme commercial s’écrira à travers la fermeture de certains mètres carrés de surfaces commerciales qui n’auront pas su faire leur mue. »

Pourtant, les projets continuent de sortir des cartons et de terre sur tout le territoire. En 2018, les commissions départementales ou nationale d’aménagement commercial (CDAC/CNAC) ont donné leur feu vert à 1,33 million de mètres carrés (133 hectares), principalement autour des grandes métropoles. Un chiffre en baisse constante, mais la plupart des dossiers concernent des créations ex nihilo, et 3 millions de mètres carrés autorisés sont en projet. Pendant ce temps, de nombreux centres-villes se transforment en déserts, et ce qui reste de terres agricoles en pâtit. Selon le dernier bilan de l’Observatoire national de la biodiversité, plus de 500 000 hectares de sols ont été bétonnés entre 2006 et 2015.

Les citoyens, agriculteurs et commerçants tentent de faire face à ces ogres de béton pour sauver les terres agricoles, la biodiversité, les paysages, mais aussi les centre-ville et les emplois. La carte ci-dessous pointe des projets en cours, pour lesquels la résistance s'organise. Si de tels projets apparaissent près de chez vous, écrivez-nous à redaction@politis.fr


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents