États-Unis : Le dilemme des démocrates

En pleine crise d’identité, le parti hésite entre gauche et centre. L’écologie et le social sont au cœur des débats.

La course à la Maison Blanche est officiellement lancée pour le Parti démocrate. Vingt des vingt-quatre candidats déclarés ont participé, les 26 et 27 juin à Miami (Floride), aux premiers grands débats télévisés des primaires du parti. Dix candidats se sont affrontés le premier jour sur la grande scène de la salle de spectacle Adrienne Arsht Center. Les dix autres se sont partagés l’affiche le lendemain. Parmi eux, l’ancien vice-président Joe Biden, le sénateur Bernie Sanders et le surprenant maire Pete Buttigieg, 37 ans, révélation de ce début de campagne.

Depuis la victoire surprise de Donald Trump en 2016, les démocrates tentent de trouver la bonne stratégie pour vaincre le président sortant, qui table notamment sur de bons résultats économiques et la motivation de sa base pour se faire réélire. Depuis son naufrage électoral face au milliardaire new-yorkais, le parti est tiraillé entre ses éléments modérés, « centristes », incarnés dans le débat par Joe Biden, et son aile gauche, représentée par le « démocrate socialiste » Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Ces derniers prônent des réformes radicales dans le domaine de la santé, de l’économie, de l’environnement ou des institutions. Ce camp « progressiste », comme il est appelé outre-Atlantique, concentre l’attention des médias et du président américain depuis les élections de mi-mandat (mid-terms) en novembre 2018, grâce auxquelles plusieurs candidats ouvertement socialistes ont fait leur entrée au Congrès. Lors du lancement de sa campagne pour un second mandat, mardi 18 juin à Orlando (Floride), Trump a une nouvelle fois asséné que « l’Amérique ne sera jamais un pays socialiste », dans l’espoir de rallier les citoyens issus du baby-boom qui associent le mot « socialisme » aux mauvais souvenirs de la guerre froide.

À en croire les sondages parus avant les débats, c’est un modéré qui tient la corde dans ces primaires : Joe Biden. Deux enquêtes (1) le placent en tête à plus de 30 % des intentions de vote dans ces primaires, devant Bernie Sanders et Elizabeth Warren. Le site FiveThirtyEight, dont les sondages font référence dans le monde politique états-unien, le donne largement en avance sur ses adversaires dans les early primary states, les États qui votent en premier dans les primaires (Iowa, Caroline du Sud, New Hampshire). La saison des primaires va s’étaler jusqu’à juin 2020, mais ces premiers États sont essentiels car ils donnent le tempo de la campagne dès février.

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents