Exister est un combat

Dans Cet obscur objet du vouloir, Marlène Zarader s’appuie notamment sur le cinéma et la littérature pour identifier la tentation du non-être qui appartient à notre humanité.

Christophe Kantcheff  • 16 juillet 2019 abonné·es
Exister est un combat
© crédit photo : didier goupy

Nul hasard à ce que la philosophe Marlène Zarader ait eu recours au détournement d’un titre de film (de Luis Buñuel) pour celui de son nouvel essai : Cet obscur objet du vouloir. Depuis quelque temps, le cinéma alimente en effet sa pensée. Ce livre-ci s’ouvre sur Le Décalogue 6 et Rouge, de Krzysztof Kieslowski. Ce qui a retenu

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes