Rêves de comptoir

Dans Cafés, etc., Didier Blonde nous invite dans les bars qu’il fréquente dans la vie ou au cinéma.

On connaissait jusque-là Didier Blonde comme un pisteur de fantômes, de personnes et de faits tombés dans l’oubli. Versé dans le septième art, il a par exemple écrit sur des figures du cinéma muet. Il est aussi parti à la recherche d’une femme rencontrée il y a longtemps. Lors du tournage d’une scène de Baisers volés en 1968, au café Le Disque bleu, où lui comme la perdue de vue étaient figurants.

Dans Cafés, etc., l’auteur met à nouveau son écriture hybride, entre l’essai et la fiction, au service de l’univers du bar. Renonçant cette fois à toute enquête, il se livre à une promenade très personnelle dans les cafés qu’il aime. Et dresse ainsi un autoportrait pudique où la rêverie se mêle au réel.

Il reste 61% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents