Israël, marchand de logiciels espions

Tel-Aviv mise sur le commerce de ses technologies de surveillance afin d’opérer un rapprochement diplomatique avec ses voisins du Golfe. Des outils ensuite utilisés contre opposants et militants.

Antoine Cariou  • 3 septembre 2019 abonné·es
Israël, marchand de logiciels espions
© photo : Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, en visite à Oman, rencontre le sultan Qabus, le 26 octobre 2018. crédit : ISRAELI PRIME MINISTRY OFFICE/ANADOLU AGENCY/AFP

Un appel manqué ou un simple clic sur un message reçu, c’est tout ce dont a besoin la firme israélienne NSO Group Technologies pour avoir accès à l’intégralité des données numériques contenues dans un téléphone portable. L’entreprise, localisée à Herzliya, au cœur de la « Silicon Valley » israélienne, a développé Pegasus, un programme informatique qui fait les beaux jours de la diplomatie du pays. Pour espionner dissidents, opposants et rivaux, les pétromonarchies du Golfe, avec qui Tel-Aviv resserre officieusement ses relations depuis quelques années, ont fait l’acquisition de ce logiciel espion aux effets ravageurs.

En 2016 déjà, les Émirats arabes unis avaient tenté d’espionner le militant des droits humains émirati Ahmed Mansoor par

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 8 minutes