Netanyahou dans le piège de l’extrême droite

Le Premier ministre ayant échoué à monter une coalition après les élections d’avril, les Israéliens votent de nouveau. Les enjeux n’ont pas bougé, avec les mêmes outrances anti-arabes.

Salomé Parent  • 11 septembre 2019 abonné·es
Netanyahou dans le piège de l’extrême droite
© photo : L’ultranationaliste Avigdor Lieberman devrait une nouvelle fois jouer les (dé)faiseurs de rois.crédit : Amir Levy/Getty Images/AFP

Il est des moments qui marquent la vie politique d’un pays. Le 29 mai, la 21e Knesset votait sa propre dissolution, plongeant le pays dans une situation inédite : pour la première fois de son histoire, en 2019, Israël aura vécu deux élections législatives en quelques mois. Le 17 septembre, les Israéliens sont rappelés aux urnes. Espoir d’une nouvelle chance pour certains, cette dissolution est avant tout l’échec d’un homme, Benyamin Netanyahou. Malgré les 35 sièges gagnés par le Likoud aux élections du 9 avril, l’indéboulonnable (ou presque) Premier ministre n’avait pas réussi à former une coalition dans le délai escompté. « Bibi » avait pourtant mis les ultra-orthodoxes et la droite nationaliste et religieuse de son côté, mais il aura suffi d’un seul homme pour le faire vaciller.

Cet homme, c’est Avigdor Lieberman, tour à tour compagnon de route et ennemi politique numéro un de Benyamin Netanyahou. Ultranationaliste tristement célèbre pour ses sorties racistes, l’ancien ministre de la Défense, qui a fait de la sauvegarde de la laïcité son principal cheval de bataille, a juré de rendre le service militaire obligatoire pour les jeunes haredim

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro