« Notre mode de vie »

Qu’est-ce que cet art de vivre européen ? Notre propension à perpétrer des génocides ?

La Commission européenne, désormais présidée par Mme von der Leyen – qui a, dit-on, été placée là par M. Macron, avec le soutien et la complicité de M. Orbán (1) –, vient donc de se doter, en la personne de M. Schinás, d’un commissaire chargé, cela figure en toutes lettres dans sa feuille de route, de la « protection de notre mode de vie européen ».

On ne sait ce que sont, précisément, les signes distinctifs de cet art de vivre qu’il convient de capitonner : est-ce, par exemple, « notre » si récente – c’était dans le siècle dernier – et si furieusement européenne propension à perpétrer, dans les limites d’un continent comme dans le plus vaste cadre d’expéditions coloniales, de monstrueux génocides ?

Ou bien serait-ce « notre » difficulté, aujourd’hui, à ne pas hérisser ledit continent de camps (de rétention) et de barbelés, de Calais à Kübekháza ?

Ou bien encore : la facilité avec laquelle, dans l’espace de quelques années, nous avons laissé se noyer dans « notre » si chère et si précieuse Méditerranée, ô-berceau-de-tant-de-civilisation(s), des dizaines de milliers de réfugié·e·s – pour mieux nous gargariser d’en accueillir parfois trente, sur cent qui errent de port en port, chassés de partout, refoulés d’ailleurs ? Cela n’est pas dit.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents