Quand la haine paie

La condamnation d’Éric Zemmour, loin de lui porter préjudice, lui a ouvert de nouvelles opportunités.

Tout se passe plutôt bien, ces temps-ci, pour les producteurs de fiel – merci pour eux.

L’essayiste d’extrême droite Éric Zemmour a été, le 18 septembre dernier, définitivement condamné à 3 000 euros d’amende, pour incitation à la haine : la Cour de cassation a considéré que, « par leur sens et leur portée », les propos abjects qu’il avait, selon sa coutume, tenus en septembre 2016 dans une émission de la télévision de service public (1) et « qui désignaient tous les musulmans se trouvant en France comme des envahisseurs et leur intimaient l’obligation de renoncer à leur religion ou de quitter le territoire de la République contenaient un appel à la discrimination (2) ».

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents