Secrets d’une famille russe

Troisième opus d’une tétralogie de Sergueï Lebedev, Les Hommes d’août mêle enquête et chronique pour questionner l’héritage de la période soviétique.

La famille, pour Sergueï Lebedev, est une montagne forable, explorable à l’infini. Géologue de formation, le jeune auteur russe s’y attelle depuis son premier roman, La Limite de l’oubli, traduit en français par Luba Jurgenson et publié en 2014 chez Verdier.

L’éditeur à la couverture jaune abrite aussi le livre suivant, ­L’Année de la comète (2016), et celui qui vient de paraître, Les Hommes d’août, dont le prologue lyrique, plein d’une emphase où l’on peut déceler une certaine ironie, relate un événement déjà évoqué dans le volume précédent : la chute de la statue de Félix ­Dzerjinski, le fondateur de la police soviétique, le 24 août 1991, qui marque la fin du régime communiste et l’effondrement de l’empire soviétique.

Sergueï Lebedev, qui n’avait alors que 10 ans, fait dire à son double littéraire que tous partageaient alors « l’impression que le nouveau pays naissait ici et maintenant ». Qu’« il suffirait d’un petit effort pour se débarrasser de notre triste et sombre héritage ». Espoir de courte durée.

Après cette brève entrée en matière, on retrouve l’un des personnages centraux des deux autres romans de Lebedev : grand-mère Tania, qui dès les premières pages des Hommes d’août remet à son petit-fils un cahier auquel elle a consacré de nombreuses années. Une sorte de chronique où le narrateur espère trouver la réponse aux nombreux mystères que recèle son histoire familiale. Surtout celui qui concerne son grand-père Mikhaïl, disparu sans laisser de traces.

C’est donc par une investigation littéraire que commence le récit. Par l’analyse d’un texte dont rien ne nous est révélé ­directement, et dont le lien au réel sera questionné tout au long du roman, qui ne tarde pas à s’éloigner des rivages de l’intime, du réalisme, pour aborder ceux de la littérature de genre.

Il reste 58% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents