Bolloré et la sulfure

Depuis ce lundi, voilà donc Eric Zemmour à l’antenne sur CNews.

Jean-Claude Renard  • 16 octobre 2019
Partager :
Bolloré et la sulfure
© Sameer Al-Doumy / AFP

Un choix assumé : « Vous pouvez faire six mois de grève, Zemmour viendra. » Tels sont les mots de Serge Nedjar, le très droitier directeur de CNews, bras doit de Vincent Bolloré sur cette chaîne d’info du groupe Canal +, adressés à sa rédaction. On se souvient qu’en 2016, après l’arrivée annoncée de Jean-Marc Morandini, mis en examen dans une affaire de corruption de mineurs, les journalistes de la chaîne, alors i-Télé, avaient mené une grève d’un mois, soldée par une centaine de départs et la purge des fortes têtes. Gageons qu’il n’y aura pas cette fois une nouvelle grève dans une rédaction décimée, même si +Libres, premier syndicat du groupe Canal +, déplore un « grave manquement à l’éthique ».

Depuis ce lundi, voilà donc Eric Zemmour à l’antenne sur CNews. Non pour une chronique de cinq minutes mais pour une quotidienne d’une heure, dans une émission conçue autour de lui, « Face à l’info », à un horaire capital (19 heures). Une quotidienne, du lundi au jeudi, présentée par Christine Kelly, ex-journaliste de LCI, ex-membre du CSA. Et Noire. La caution idéale, l’alibi parfait. Une première partie pour commenter l’actu, avec trois chroniqueurs maison (Éric Revel, Éric de Riedmatten et Marc Menant), très masculine donc, et une seconde partie avec un face-à-face entre Zemmour et une personnalité. Pour la première, hasard de la programmation sans doute, le téléspectateur a eu droit à un débat sur… l’islam (!) entre l’essayiste Mohamed Sifaoui et le polémiste, déployant tout bonnement son discours professoral de haine ordinaire. Le ton est donné. En attendant la venue sur le plateau de Michel Onfray et BHL. Plus ça pue, plus on court à la gamelle.

Pour Zemmour, viré de la chaîne en 2014 après ses propos haineux accordés au journal italien Corriere della sera, c’est un retour. Et ce retour sur CNews (à la ramasse en termes d’audience) intervient à peine une semaine après qu’il a été écarté de RTL suite à sa condamnation pour provocation à la haine religieuse et à son discours particulièrement violent lors de la Convention de la droite qui lui vaut l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris. Éric Zemmour rejoint ainsi Élisabeth Lévy, Yvan Rioufol, Pascal Praud et Jean-Marc Morandini, réactionnaires chevronnés. Soit l’inutile joint au nauséabond. Ce n’est plus une quête du buzz mais une ligne éditoriale. Tout se passe comme si Vincent Bolloré cherchait à faire de sa chaîne d’info une Fox News à la française, à droite des confins de la droite. Il reste à recruter Robert Ménard.

Publié dans
Parti pris

L’actualité vous fait parfois enrager ? Nous aussi. Ce parti pris de la rédaction délaisse la neutralité journalistique pour le vitriol. Et parfois pour l’éloge et l’espoir. C’est juste plus rare.

Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes
Parti pris 16 juillet 2024

Nouveau Front populaire : soyons lucides et réalistes

Depuis sa relative victoire le 7 juillet, le Nouveau Front populaire se cherche en vain un nom pour Matignon. Mais la coalition de gauche se déchire, pendant que Macron rigole et que le RN attend son heure. En quelques jours, elle s’est décrédibilisée.
Par Pierre Jacquemain
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc
À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble
Parti pris 9 juillet 2024

À gauche, une équation aussi pénible qu’insoluble

Au second tour des législatives, le Rassemblement national, bien qu’en forte progression, a été défait, le macronisme rejeté et le Nouveau Front populaire est devenu la première force politique à l’Assemblée. Mais la gauche doit-elle prendre le risque de gouverner sans capacité d’agir ?
Par Pierre Jacquemain
Une victoire populaire, avant tout !
Parti pris 8 juillet 2024

Une victoire populaire, avant tout !

Alors que les instituts de sondages, au soir du premier tour, annonçaient une potentielle majorité absolue au Rassemblement national, une forte mobilisation populaire a permis au Front populaire d’être la plus importante force politique à l’Assemblée nationale. Il faut, désormais, construire dessus.
Par Pierre Jequier-Zalc