Du son contre les matraques

Du 11 au 13 octobre, près de Nantes, quelque 15 000 personnes ont dansé en hommage à Steve Maia Caniço, et à toutes les victimes de violences policières, lors d’un Teknival (fête techno) illégal rebaptisé « Tek’Steve’All ».

Steve Maia Caniço aimait la musique, et pas n’importe laquelle. Celle qui tabasse les oreilles, qui s’écoute tard le soir jusqu’au petit matin. Le jour où le corps du jeune homme a été retrouvé, plus d’un mois après sa chute dans la Loire à la suite d’une charge policière lors de la Fête de la musique, le milieu de la teuf (fêtes techno) avait lancé un avertissement. Un flyer circulait sur les réseaux, titré « Tek’Steve’All », un poing levé, avec la date de l’événement et cette phrase : « Pour Zyed, Bouna, Adama, Rémi, Malik et tous les autres, morts ou mutilés par les forces de l’ordre, en France ou ailleurs. Stop à l’oppression policière. »

Cet appel élargi n’a pas fait débat chez les teufeurs, selon Ben (prénom changé), l’un des organisateurs : « Je suis moi-même impliqué dans d’autres milieux militants, il paraissait évident de ne pas faire un événement focalisé sur le seul milieu festif. » Dans la nuit de vendredi à samedi, quelque 15 000 personnes ont déboulé vers une heure du matin dans la prairie de Mauves, à Sainte-Luce-sur-Loire (Loire-Atlantique), à quelques kilomètres de là où avait été retrouvé le corps de Steve. Les policiers avaient pris soin de boucler le quai Wilson, sur l’île de Nantes, persuadés de voir les soundsystem investir les lieux. Loupé.

« La préfecture a essayé de nous contacter, pour organiser la manifestation dans le calme. Nous avons dit que c’était hors de question », lâche dans un rire moqueur l’organisateur, conscient d’un rapport de force désavantageux pour la police cette fois-ci. « La famille de Steve nous soutient. Le préfet de Loire-Atlantique, Claude d’Harcourt, est sur la sellette et nous avons l’opinion publique de notre côté, c’est assez rare », souligne le jeune homme avant de conclure : « C’est l’un des seuls moyens efficaces pour gueuler. L’autorité n’aime pas le désordre, et nous le faisons bien. »

Jeanne, 30 ans

© Politis

« Ce genre d’événement prouve que nous ne sommes pas des demeurés. Les gens en free party peuvent également être des gilets jaunes ou des personnes qui se battent pour la préservation de l’environnement. Ça fait quinze ans que je vais en manifestation, que je me bats contre la casse du social, des services publics. Le jour de la mort de Steve, je me suis sentie attaquée : un des miens a été balancé dans la Loire. Mais il ne faut jamais oublier les autres, Adama Traoré, Zyed et Bouna… Depuis des années, les banlieues criaient aux bavures, le grand public n’a pas voulu l’entendre et maintenant ça explose sous ses yeux. Nous vivons dans un monde qui marche sur la tête, je le vis comme une dérive autoritaire et ça me fait peur. »

Il reste 46% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents