Johann Le Guillerm : un cirque passe

Johann Le Guillerm joue pour la dernière fois son spectaculaire Secret (temps 2). Pour mieux poursuivre son œuvre.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis sa création en 2012, Secret (temps 2) n’a rien perdu de sa poésie ni de son mystère. Si Johann Le Guillerm décide d’en cesser les représentations après l’avoir beaucoup joué en France et à l’étranger, et l’avoir vu devenir une pièce majeure du nouveau cirque, c’est pour une autre raison. Pour mieux en poursuivre la transformation en passant au « temps 3 ». Où, sans doute, on retrouvera certaines figures et objets de la version précédente du spectacle. Et surtout l’allure inoubliable de l’artiste, qui ne cesse depuis une vingtaine d’années de repousser les frontières de la discipline qu’il s’est choisie : le cirque, dont il utilise des techniques afin d’explorer « l’espace des points de vue ». Pour affirmer que « le monde peut être réélaboré par soi-même pour ne pas le subir mais mieux l’éprouver, le penser, le vivre », explique-t-il dans le dossier du projet Attraction qu’il déploie depuis 2001 sous des formes diverses.

Avec ses éternels souliers à bouts pointus, son pantalon à taille haute, son torse nu et sa très fine tresse qu’il conserve sur son crâne rasé, Johann Le Guillerm ne cesse d’étonner, de fasciner. À la Villette, on regarde Secret (temps 2) avec l’attention portée aux spécimens en voie de disparition. Fruits d’une longue maturation, les différents « protocoles » qu’y déploie Johann Le Guillerm – des constructions en mikados géants et en planches réalisées à vue, par exemple, ou une traversée de piste sur escargot de bois à échasses – apparaissent dans toute leur singulière beauté. Dans toute leur fragilité aussi, car la « mathématique des équilibres » sur laquelle ils reposent est une science de l’infime, dont l’artiste a expliqué certaines bases dans son passionnant Pas grand-chose (2017), « tentative pata­physique ludique ». Sans en épuiser la richesse.

Secret (temps 2), Espace chapiteau de La Villette, Paris XIXe, jusqu’au 20 octobre.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.