La police gardée à vue

Après Toulouse, Montpellier, Paris et Lyon, la Seine-Saint-Denis se dote de son observatoire, lancé le 9 octobre par des associations.

Romain Haillard  • 23 octobre 2019 abonné·es
La police gardée à vue
© Xose Bouzas / Hans Lucas / AFP

À l’entrée de la Bourse du travail de Bobigny, l’annonce, manuscrite, est discrète : « Réunion de l’Observatoire des pratiques policières (OPP) de Seine-Saint-Denis ». La rencontre se fait à la tombée de la nuit, mercredi 9 octobre, dans une petite salle du bâtiment vide. Une quarantaine de personnes attendent, essentiellement des membres d’associations, des avocats, quelques habitants du département. Au

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)