La tentation néolibérale de Michel Foucault

Mitchell Dean et Daniel Zamora analysent la défiance du philosophe, à la fin de sa vie, envers le projet social-étatique.

Au printemps 1975, Michel Foucault prend du LSD avec deux amis à Zabriskie Point, en Californie. Ils « passent » ce que l’écrivain Tom Wolfe a appelé un « acid test ». Foucault en sort transformé. Comme il l’écrira à l’un des deux participants, cette « grande expérience » fut pour lui « une des plus importantes de [sa] vie ». À tel point que cela l’amène à modifier entièrement le plan de sa gigantesque Histoire de la sexualité – pourtant annoncé dans le premier volume, La Volonté de savoir (Gallimard, 1976). Cette expérience est surtout pour lui synonyme d’une nouvelle « technique de soi », objet sur lequel il écrira beaucoup, qui coïncide avec sa quête d’une « nouvelle forme de gouvernementalité de gauche », davantage ouverte aux expérimentations sociales, aux espaces minoritaires et d’abord à « une plus grande autonomie du sujet vis-à-vis de lui-même ». C’est aussi le moment où il se détache radicalement du marxisme, ne croyant plus aux grands soirs dirigés par et pour un prolétariat en tant que bloc historique, mais davantage encore se méfiant du projet social-étatique cher à la « première gauche ».

C’est tout l’objet de cet essai, d’autant plus passionnant qu’il propose une vue d’ensemble des travaux sur Foucault, en particulier des débats sur son rapport au néolibéralisme.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents