Dossier : Arménie : Artsakh, héritage miné de l’URSS

Arménie, Artsakh : Paris n’aime pas les chartes d’amitié

Depuis quelques mois, les préfectures attaquent les municipalités françaises qui ont conclu des liens avec l’Artsakh.

Le 18 octobre dernier, le tribunal administratif de Lyon annulait la charte d’amitié conclue en 2015 entre Villeurbanne et la petite commune de Chouchi en Artsakh. Le rapporteur public avait pourtant jugé « incongru et contraire aux règles du contrôle de légalité » que le préfet du Rhône, demandeur, puisse « se raviser », n’ayant opposé aucune objection à l’époque. Mais, par une étonnante contorsion, le tribunal a quand même donné satisfaction à la requête, constatant le refus du maire d’abroger cette…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents