Dialogues au fil de l’eau

Stéphane Braunschweig explore la douleur et l’échec dans une mise en scène « liquide ».

On a tendance à penser qu’au théâtre, et dans bien d’autres arts, la découverte des personnages peut aller bien plus loin que dans la vie quotidienne. Tous les secrets d’un être humain explosent dans son incarnation sur scène, semble-t-il. Ce n’est plus vrai dans les pièces d’Arne Lygre, auteur norvégien cher à Stéphane Braunschweig : le directeur de l’Odéon monte – et cotraduit avec Astrid Schenka – un texte de Lygre pour la quatrième fois. Dans cette nouvelle œuvre, plus encore que dans les précédentes,…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents