EELV : Les Verts se votent à gauche

Les votes sur les motions présentées au congrès montrent le fort attachement des militants écologistes à la gauche, dont beaucoup sont issus.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pour la direction sortante, le vote a des allures de plébiscite. Les militants d’Europe Écologie-Les Verts étaient appelés, le 16 novembre, à désigner leurs représentants pour le congrès national du parti, qui se tiendra le 30, à Saint-Denis. Ces derniers portent les quatre textes – ou motions d’orientation – présentés pour le congrès. « Grandir ensemble, l’écologie au pouvoir », le texte soutenu par Sandra Regol et Julien Bayou (photo), porte-parole du mouvement, a récolté 43 % des voix, devançant largement « Le temps de l’écologie » (26,2 %), de l’ancienne députée de l’Essonne Éva Sas, Mounir Satouri et Alexis Braud, de proches soutiens de Yannick Jadot. Le texte « Le souffle de l’écologie, retoucher terre », porté par Alain Coulombel et plaidant pour un rapprochement avec les forces de gauche converties plus ou moins récemment à l’écologie, a récolté 21,5 %, et « Démocratie écolo », porté par Philippe Stanisière, 8,5 %.

Ces résultats, beaucoup moins serrés qu’attendu, confortent les héritiers de David Cormand, le secrétaire national sortant, qui, bien que favorable à des alliances avec les partis de gauche, avait porté la ligne de Yannick Jadot aux élections européennes. Mais le score de la motion portée par Alain Coulombel, qui talonne celle incarnée par Éva Sas, montre aussi le fort attachement des militants écologistes à la gauche, dont beaucoup sont issus. Une occasion d’adresser à Yannick Jadot un signal clair : l’écologie « ni de droite, ni de gauche » a fait long feu.

Reste aux signataires des différents textes à s’entendre pour constituer la direction suivante, qui sera définitivement élue au congrès. Mais pour continuer sur la dynamique des européennes, il faudra rassembler largement. Las des épisodes fratricides, les Verts y semblent disposés.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents