Télévision : faut-il y aller ?

Anasse Kazib et Sara El Attar vont sur les plateaux de CNews ou de BFMTV pour répondre au déferlement haineux et réactionnaire.

Il y a de quoi être pris de vertige – ou de nausée, au choix – à regarder le paysage audiovisuel français s’écharper sur le voile. Fin septembre, LCI diffuse en direct et sans commentaire un discours d’Éric Zemmour à la « convention de la droite », grand raout de la droite extrême organisé par Marion Maréchal-Le Pen. Bien que condamné définitivement une deuxième fois pour provocation à la haine raciale quelques jours plus tôt, le polémiste n’est pas boudé par le petit écran. Bien au contraire, l’essayiste lui doit tout. Invité ou chroniqueur vedette, sur le service public comme sur les chaînes privées, le chantre du « grand remplacement » se balade, pour finalement apparaître quotidiennement sur CNews.

Et s’il n’y avait qu’Éric Zemmour… Que dire, quand le prétendu débat sur le voile, en une semaine, a précipité sur les plateaux 286 invités (1) sans jamais faire intervenir les premières concernées ?

Il reste 82% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents