Elia Suleiman : Une familière étrangeté

Dans It Must Be Heaven, Elia Suleiman donne à voir avec jubilation les travers des sociétés dites occidentales.

Dix ans qu’Elia Suleiman n’avait pas tourné ! Il revient avec It Must Be Heaven (« Ce doit être le paradis »), crédité d’une Mention spéciale au palmarès du Festival de Cannes cette année. Outre que le film provoque le rire de bout en bout, il est une implacable mise en exergue des errances des sociétés occidentales, qui sont ici symbolisées par Paris et New York. Voici comment le cinéaste le présente : « Si, dans mes précédents films, la Palestine pouvait s’apparenter à un microcosme du monde, It Must Be…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents