Prochain arrêt, l’ombre

Adapté par Aurélia Guillet, Le Train Zéro, une nouvelle du Russe Iouri Bouïda, est une fable bouleversante sur la fin d’un monde.

Dans le Terrier, salle souterraine du théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis, la poésie du Train Zéro est à son aise. Portée par le comédien Miglen Mirtchev, qui a fait découvrir à la metteuse en scène Aurélia Guillet le texte de l’auteur russe contemporain Iouri Bouïda, traduit par Sophie Benech, elle se déploie d’emblée dans tous ses paradoxes. Dans son âpreté comme dans sa douceur très sensuelle. Butant sur les poutres qui découpent l’espace en un labyrinthe, une lumière faible et vacillante fait du…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le défi présidentiel des écolos

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents